C’est ce qui surprend le plus quand on parle du tout nouveau président. Il serait normal. L’objectivité absolue qui caractérise cette chronique me force à écrire que loin d’être naturel, nous avons là un personnage qui a été façonné, sculpté, élaboré pour gagner.

P6strip2

Son régime, d’abord (vous voyez ci-dessus ma méthode, plus radicale), ses cheveux et lunettes ensuite, sa gestuelle et sa voix enfin. Ses opposants n’avaient pour le ridiculiser que la possibilité de chercher dans les archives des photos trop anciennes pour être crédibles aujourd’hui. Si une certaine normalité était une condition de la victoire, pourquoi tous ces changements ?

Certes, à côté de son prédécesseur, il semblerait que nous soyons descendus d’un cran dans la personnalisation de la vie politique. C’est globalement dans l’idéologie de la gauche, qui en l’absence de François Miterrand a eu tant de mal à faire élire un monarque républicain de la cinquième république.

Assisterons-nous à une avancée de la démocratie, dans laquelle le peuple ne cède pas à la facilité de laisser le pouvoir à un roi ? Reviendrons-nous en arrière avec un François Hollande qui irait jusqu’au bout dans sa « Miterrandisation » ? La monarchie reviendra-t-elle par la droite, et ses personnages hauts en couleur ? Reverrons-nous ces figures iconiques, travaillées, qui du plus profond de leur âme crieront de nouveau

couv

La politique est un feuilleton qui jamais ne s’arrête !